Primo post del 2018





"Imaginez que chaque matin, une banque vous ouvre un compte de 86400 euro. Simplement, il y a deux règles à respecter. La première règle est que tout ce que vous n'avez pas dépensé dans la journée vous est enlevé le soir. Vous ne pouvez pas tricher, ne pouvez pas virer cet argent sur un autre compte, ne pouvez que le dépenser mais chaque matin au réveil, la banque vous ré-ouvre un nouveau compte, avec à nouveau 86400 euro; pour la journée. 
Deuxième règle la banque peut interrompre ce « jeu » sans préavis ; à n'importe quel moment elle peut vous dire que c'est fini, qu'elle ferme le compte et qu'il n y en aura pas d'autre. Que feriez-vous ? A mon avis, vous dépenseriez chaque euro à vous faire plaisir, et à offrir quantité de cadeaux aux gens que vous aimez. Vous feriez en sorte d'utiliser chaque euros pour apporter du bonheur dans votre vie et dans celle de ceux qui vous entourent. 
Cette banque magique, nous l'avons tous, c'est le temps ! Chaque matin, au réveil, nous sommes crédités de 86400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir, il n'y a pas de report. Ce qui n'a pas été vécu dans la journée est perdu, hier vient de passer. Chaque matin, cette magie recommence. Nous jouons avec cette règle incontournable : la banque peut fermer notre compte à n'importe quel moment, sans aucun préavis à tout moment, la vie peut s'arrêter. Alors qu'en faisons-nous de nos 86400 secondes quotidiennes ? La vie est courte, même pour ceux qui passent leur temps à la trouver longue... Alors profitez-en !"   

(Et si c'était vrai, de Marc Lévy)



Immaginiamo, dunque, che ogni mattina una Banca ci accrediti 86.400 secondi.
Ogni notte questa Banca cancella e da come perduta qualsiasi quantità di questo credito che noi non siamo riusciti ad investire in un buon proposito.
Questa Banca non conserva soldi non spesi ne' permette trasferimenti ad altri conti. Non esistono accrediti sul deposito di domani.
Devi vivere nel presente con il deposito di oggi. Ogni giorno ci apre un nuovo conto. Ogni notte elimina il saldo del giorno prima.
Se non utilizziamo il deposito giornaliero, la perdita è solo nostra.


Una Banca, il tempo, il nostro tempo... 


L'orologio 'tictaccha". E noi? "Tictacchiamo" con lui? Profittiamo del nostro tempo?

Il tempo non ci aspetta, non ritorna indietro, il tempo va, non viene, ne fa sconti per simpatia, bellezza, talento inespresso o malattia.
Dobbiamo, dunque, profittare di tutti i secondi che ci vengono concessi, sono 86.400 al giorno: ne abbiamo quindi tutto il tempo!




Comments

Popular posts from this blog

Alla mia professoressa di Latino e Greco